cocktail fm sur iphone Follow Cocktail FM on Twitter recommander cocktail fm
Les Infos locales

Les infos locales et des hautes Vosges

Du lundi au samedi, Cocktail FM vous propose quatre journaux d'informations locales presentés Jean-Yves DIDIER.
Du lundi au samedi à 07h30, 08h30, 9h30, 12h30 et 18h00
Edition du jour : podcast telecharger

L'info NET sur Cocktail FM - RETOUR A LA LISTE INFOS LOCALE

Lundi début du procès des surriradiés

Posté le : 23 Septembre 2012

De 1987 à 2006 des milliers de patients ont reçu des surdoses de radiation à l'Hopital Jean Monnet d'Epinal.

Lundi début du procès des surriradiés

Six ans après les premières plaintes, sept prévenus vont comparaître notamment pour « homicides et blessures involontaires » à partir de ce lundi devant le tribunal correctionnel de Paris pour le plus grave accident de radiothérapie jamais survenu en France, à l'hôpital d'Epinal. Parmi eux figurent deux médecins, un radiophysicien et des cadres de la santé publique. Le procès doit durer jusqu'au 31 octobre.

Sept, c'est aussi le nombre de décès officiels liées aux surdoses de rayons. Mais au total, ce sont 5500 patients qui ont été plus ou moins surriradiés et ont vu leur existence bouleversée.

Quant aux causes de l'accident, deux pistes apparaissent aujourd'hui clairement : d'une part, des erreurs de paramétrage d'un logiciel lors du passage à une nouvelle génération d'appareils en 2004. D'autre part, l'absence de prise en compte, dans le calcul final des radiations, des doses délivrées lors des contrôles radiologiques précédant le traitement lui-même.

Philippe Stabler, président de l'association des victimes de surirradiations de l'hôpital d'Epinal, a décidé d'assister à toutes les audiences et attend la vérité, la question des indemnisations ayant déjà été réglée. Car, au delà même des responsabilités, les victimes et leurs familles veulent également comprendre comment l'affaire a pu rester cachée si longtemps, au détriment de la santé des patients. De nombreux patients n'ont en effet pas été informés par l'hôpital de l'accident et du risque qu'ils encouraient. Les médecins ont par ailleurs pris conscience en 2006 du deuxième dysfonctionnement sur les doses de contrôle. Mais ils l'ont caché jusqu'à ce qu'une inspection le découvre en 2007.

 

COCKTAIL FM PROCHE