cocktail fm sur iphone Follow Cocktail FM on Twitter recommander cocktail fm
magazine du samedi

L'invité du Samedi sur cocktail FM

L'invité du Samedi, c'est 30 minutes de reportage, d'entretiens, de débats :
Chaque samedi à 9h30 retrouvez la rédaction de Cocktail Fm sur 88.9 et 91.4   pour ce rendez-vous d'information incontournable

COCKTAIL FM PROCHE

Publicité

Photo aléatoire

<p>Concert de Raphaël à Gérardmer le 11 novembre 2010. (photo: J-C. Givord)</p>

Quel avenir pour le nucléaire?

Samedi 26 Novembre 2011
telecharger
Quel avenir pour le nucléaire?

Vendredi à 20h30 à la Tour de la Liberté de Saint-Dié des Vosges, l'association Espace 88 organise un conférénce débat qui coîncide avec l'actualité. Alors que le chef de l'Etat se déplace dans la Drome, où il s'arrêtera à la centrale nucléaire du Tricastin, avec un discours attendu sur "la défense du modèle français dans l'indépendance energétique", à Saint-Dié, l'on s'interrogera sur l'avenir du nucléaire après Fukushima... A la rédaction de Cocktail FM aussi.


C’était le 11 mars 2011. Jour de l’accident nucléaire de Fukushima au Japon, conséquence d'un séisme sur la côte Pacifique du Tōhoku de magnitude 9  et du tsunami qui l’a suivi, et qui a dévasté cette côte  faisant plus de 20 000 morts.
Dans les grandes lignes, le séisme a provoqué l’arrêt automatique des réacteurs, et le tsunami aurait noyé les générateurs de secours qui devaient assurer en cas d’urgence le fonctionnement du refroidissement des réacteurs. Et peut-être des piscines de stockage des combustibles usagés. Si le 12 mars, l’incident était classé au niveau 4, un mois plus tard il était requalifié au niveau 7. Le plus élevé sur l’échelle internationale des incidents nucléaires, la fameuse INES.

Dans la majorité des médias, cet accident nucléaire de Fukushima est considéré comme le pire au monde depuis la catastrophe de Tchernobyl en 1986.
Le bilan humain est très lourd,  tout comme l’impact sur l’environnement, et pas seulement autour du seul archipel du Japon. Economiquement, les conséquences sont encore mesurables aujourd’hui, à une échelle là aussi planétaire. Et bien sûr, cette catastrophe nucléaire a provoqué une remise en question des politiques énergétiques nationales. En cela, la pression de l’opinion publique a eu -et aura- un rôle considérable dans la suite qui sera donnée.

S’interroger sur l’avenir du nucléaire après Fukushima n’a donc jamais été aussi fondé, fondamental, et difficile. Car il s’agit d’enjeu planétaire sur le très long terme, et du devenir d’une civilisation dont le moteur, le coeur, repose sur la maîtrise de l’énergie. En France, le nucléaire représente près de 78% de l’énergie électrique produite. Peut-on vraiment changer de cap ? L’économie et l’écologie pourrait-elle supporter un renoncement à l’énergie nucléaire?Faut-il avoir peur du nucléaire, ou, au contraire, espérer en une technologie plus maîtrisée que jamais?  La science pourra-t-elle nous apporter une énergie nucléaire sans danger? ou encore, la fusion après la fission, est-ce de la science ou de la science fiction? Y-a-t-il des alternatives sérieuses à cette énergie?
Autant de questions, et bien d’autre qui seront posés dans ce débat.


Trois intervenants
Pour mieux comprendre ce qu’est le nucléaire, un scientifique, Betrand Barré porte à la fois la blouse blanche du scientifique issu du canal historique du CEA où il est entré en 1967, et le costume du conseiller d’AREVA. Il est aujourd’hui retraité... à l’image du combustible, puisqu’il enseigne à l’Institut national des sciences et techniques nucléaires (INSTN). Il introduira le débat de ce soir par une explication de ce qu’est le nucléaire aujourd’hui.
Christian Pierret, faut-il le préciser, est actuel maire de Saint-Dié qu’il a enrichi de la mention des Vosges. Il est aussi président de la fédération des maires des villes moyennes, et ancien ministre de l’industrie du gouvernement Jospin (97-99). Dans son livre France 2012, refusons le Déclin, il se livre à un plaidoier étayé pour le maintien de l’industrie nucléaire; iI nous expliquera en quoi, selon lui, sortir du nucléaire serait une erreur en France.
Enfin, Yann Werhling est ancien secrétaire national des Verts. Engagé dans la cause écologique depuis 1988, il est actuel porte parole du Modem. Pour lui, le changement de méthode n’implique le changement de philosophie. Et il milite pour une sortie raisonnée du nucléaire.
Voici donc un débat, qui promet d’être passionnant et passionné. Nous verrons aussi que les trois brillants intervenants peuvent être en désaccord et avoir... ont ...atomes crochus!


En partenariat avec Espace 88, la Rédaction de Cocktail FM vous invite à retrouver les meilleures minutes du débat qui sera animé par Jean-Christophe Givord

Accès rapide aux autres "L'invité du Samedi"